Vivien...1689

Publié le par Michel Ladouceur

Chronique de Vivien Lamagdeleine dit Ladouceur : 1689

 

En 1689, à 51 ans, Vivien vécu d’assez près le massacre de Lachine où une bande d’iroquois s’attaqua à de nombreuses familles de la région. Dans la nuit du jeudi 4 au vendredi 5 août 1689, une attaque surprise fut menée contre les habitants de Lachine. Les iroquois  firent  « brûler toutes les granges et maisons qui étaient en plus de trois lieues de pays dans la [sic] canton qu’on appelle Lachine et enlev[é] plus de 200 personnes, tant hommes que femmes et enfants, après en avoir massacré plus de 200 dont ils avaient cassé la tête aux uns, brûlé, rôti et mangé les autres, ouvert le ventre des femmes grosses pour en arracher les enfants et fait des cruautés inouïes et sans exemple » [Eccles, W.J. cité in : Lacoursière, 1:1995, p. 175].    Le nombre exact des victimes varie selon différentes sources d'informations, mais il reste que l’événement fut marquant pour les habitants. Cinq ans plus tard, la découverte de plusieurs squelettes est consignée dans un document daté de 1694 et signé  par Pierre Rémy, curé de Lachine.
 
Vivien n’était plus soldat depuis longtemps mais il continuait à vivre dans un contexte de guerre. En 1690, les Anglais étaient  aux portes de Québec avec une flotte d’une  trentaine de navires arrivés de la Nouvelle-Angleterre sous les ordres de Sir William Phipps. À 6 h 00, le lundi 16 octobre 1690 du matin, un émissaire venait sommer le gouverneur Frontenac de se rendre d’ici une heure. Frontenac lui donnait alors cette célèbre réponse : “ Je n’ai point de réponse à faire à votre général que par la bouche de mes canons et à coups de fusils ; qu’il apprenne que ce n’est pas de la sorte qu’on envoie sommer un homme comme moi ; qu’il fasse du mieux qu’il pourra de son côté, comme je ferai du mien ” [Brown, Craig. p. 169 / Lacoursière, 1:1995, p. 179]. Pendant deux jours, les Anglais  bombardèrent Québec, mais sans grand succès, et le 24 octobre 1690, les Anglais  levèrent l’ancre.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article