Péché mortel et damnation éternelle !

Publié le par Michel Ladouceur

VIVIEN, TÉMOIN IMPORTANT

 
Lundi, le 25 septembre 1702, Vivien Lamagdeleine dit Ladouceur est enregistré au registre des baptêmes à Lachine à titre d’oncle de la mère de la petite fille que l’on baptisait. De nombreuses personnes furent alors inscrites comme suit:
 
01                Marie-Louise Terro ( Théroux ), née la veille, le 24 septembre 1702
02                Antoine Terro Laferte ( Antoine Théroux dit Laferté ), son père, soldat de la compagnie de M. Subercase
03                Michelle Fortin, sa mère et nièce de Vivien
04                Subercasse ( Daniel d’Auger, sieur de Subercase ), récemment nommé gouverneur de Plaisance et de Terre-Neuve
05                Marie Fortin, sœur de Michelle et nièce de Vivien
06                Jean Chotart Xintonge ( Jean Chotard dit Saintonge ), époux de Marie-Madeleine Fortin, soldat de la compagnie de Lorimier
07                Jean-Baptiste Magdelenne, fils de Vivien
08                Marie-Louise Rainville
09                Debelmont ( François Vachon de Belmont ), supérieur du Séminaire et curé de Ville-Marie
10                Vivien Magdelenne Ladouceur
11                Jacques Troualet Larivieredinan ( Jacques Triolet dit Larivière ), soldat de la compagnie Le Verrier
12                Pierre Leduc, époux de Catherine Fortin, nièce de Vivien
13                René Godin, parent de feue Marie Godin, épouse de Vivien
 
Selon le PDRH, le rédacteur du registre écrit que les parents de l’enfant lui ont affirmé s’être mariés au Séminaire de Ville-Marie devant Monsieur Debelmont, prêtre supérieur du Séminaire et  curé de Ville-Marie et. Selon le rédacteur, Debelmont aurait «  fit sa réponse qu’il n’avait rien à leur dire ni à leur faire » en les laissant à la porte du Séminaire. Le rédacteur indique aussi que Terro déclare que «  la vérité est telle et qu’il a toujours reconnue Michelle Fortin pour sa femme et légitime épouse et a habité avec elle », et que « l’enfant était procrée de son fait et reconnue comme tel ».
Le rédacteur désirant « s’informer de la vérité » se rendit le lendemain du baptême rencontrer au Fort Cuillerier où il habite   Vivien Magdelenne, oncle de Michelle Fortin et témoin des événements. Celui-ci lui avoua que s’il était vrai que Terro s’était rendu en compagnie de sa mère le dit jour prier M. Debelmont de les marier, ce dernier les avait « chassés du Séminaire avec réprimandes ».  Le même manège s’étant produit le lendemain, « le dit Madelenne doute si ce mariage est bon et valide, ce qu’il ne croit à moins qu’ils ne soient réhabilités ».
Affirmant que pour sa part il ne doute de pas de l’invalidité de ce supposé mariage, le rédacteur conclut qu’il leur a alors « défendu d’habiter ensemble sur peine de péché mortel et de damnation éternelle ».
De fait, Antoine Théroux dit Laferté ( Terro ) se maria à Montréal, le 10 juin 1706, avec Marguerite Laforest, fille de Pierre Laforest dit Labranche et de Charlotte Godin. Et  Marie-Louise, sa fille baptisée,  aurait été inhumée à Trois-Rivières le 22 juillet 1710 à l’âge d’à peine huit ans.
 
Source : Programme de recherche en démographie historique (PRDH), Département de démographie, Université de Montréal
 
 
Michel Ladouceur
Laval, Québec
Avril 2005
 

Commenter cet article