Vivien et son régiment

Publié le par Michel

 

 soldat.gif Le Régiment de Carignan-Salières tambour.gif 
flute-hollandaise--au-plus-pre-archands--paris--1814._-ed6a.jpg     TRANSPORT DU REGIMENT DE CARIGNAN-SALIÈRES en 1665
 

Six navires furent utilisés en 1665 pour transporter les troupes du Régiment de Carignan-Salières. Un septième, le « Jardin de Hollande » , navire de 300 tonnes de la Marine Royale, transportait du matériel pour le régiment.

 
Le « Joyeux Siméon », navire de 200 tonnes, appartenait à un marchand de La Rochelle, monsieur Le Gaigneur. Parti de la Rochelle le 19 avril 1665, le navire atteignit Québec le 19 juin. La traversée de l’océan des compagnies de La Tour, de Chambly et de Froment se fit donc en 61 jours.

Le « Brézé » était un gros navire de guerre de la  Marine Royale, un navire de 800 tonnes avec une soixantaine de canons. Il transportait les compagnies de La Brisardière, de La Durantaye, de Berthier et de Monteil. En provenance des Antilles, le « Brézé » arriva à Percé, en Gaspésie, où il transféra les troupes sur deux petits navires plus aptes à approcher de Québec. L’arrivée eu lieu  le 30 juin 1665.

 
L’ « Aigle d’Or », vieux navire de la Marine Royale de 300 tonnes, parti le 15 mai de La Rochelle pour arriver à Québec le 19 août 1665. À son bord se trouvait le Marquis de Salières, colonel du Régiment  ainsi que les compagnies de La Fredière, de Grandfontaine et de Lamotte. Il semblerait qu’il eut des difficultés en route puisqu’il prit 111 jours pour effectuer la traversée.

 
Le « Paix » accompagnait l’ « Aigle d’Or ». Le Capitaine Jean Guillon commandait ce navire de 300 tonnes où on retrouvait les compagnies de Contrecoeur, de Maximy et de La Colonelle. Vivien Lamagdeleine dit Ladouceur de la compagnie de Contrecoeur était donc  à son bord. Les capitaines  Contrecoeur, Maximy et le Lieutenant De Mignard of the Colonelle signèrent un document afin de d’attester que leurs compagnies respectives avaient bien été transportées par le « Paix » et débarquées à Québec.

 
Le « Saint-Sébastien », bateau de 350 tonnes de la flotte royale, parti de La Rochelle le 24 mai 1665 avec les compagnies de       arriva à Québec après 110 jours de voyage, le 12 septembre 1665.  
Il transportait le nouvel intendant et le nouveau gouverneur, Jean Talon et Daniel de Rémy de Courcelle.  

 
Le « Justice », navire de 300 tonnes de la Marine Royale, accompagnait le « Saint-Sébastien ».




NAUFRAGE DE « LE PAIX », le 26 septembre 1665 à Matane, Nouvelle-France

 

Le « Paix » accompagné de l’ « Aigle d’Or » entreprit son voyage de retour le 19 septembre 1665. Il parcourut environ 200 miles et, en face de Matane, il affronta une  tempête soudaine de pluie et de neige.

 

This forced them to change course at which time the great sail of the PAIX was ripped off. The mizen sail was immediately deployed but was destroyed. A new great sails was hastily installed but a wild wind gust destroyed it. The ship was getting close to shore, two anchors were put out but the storm broke the cables. The ship hit the shore and was broken up from keel to board.. Élie Bordes, a sailor, jumped overboard and tried to swim to shore but drowned. This prevented the others from doing the same. Eventually the wind died down and the crew was able to make it to shore including the ten or so who had been hurt in the incident.(1)

 

L’« Aigle d’Or » était déjà hors de vue et, ayant lui-même de sérieux problèmes, continua sa route pour sortir de la région dangereuse. Un officier du bateau en détresse partit immédiatement vers Québec. Sept marins formaient l’équipage de sa chaloupe. Averti, le gouverneur Tracy ordonna alors aux capitaines des navires « Jardin de Hollande », « Saint-Sébastien » et « Justice » d’arrêter à Matane pour prendre en charge les naufragés. Seul le « Saint-Sébastien »,  commandé par le capitaine Padejeu, pris en charge l’équipage du « Paix », le 21 octobre 1665. Les survivants avaient laissé tous leurs effets personnels dans l’épave et, dans l’attente d’être secourus, ils avaient mangés des mollusques trouvés sur la plage. Ils s’étaient construits deux abris de fortune, et ils travaillaient à se fabriquer un petit bateau dans le dessein de se rendre à Québec. Enfin, ils arrivèrent à la Rochelle le 23 novembre 1665, après une rapide traversée de 33 jours à bord du « Saint-Sébastien ».

 

Un compte-rendu des événements fut rédigé, signé par le capitaine Guillon sieur de Leaubertière, deux matelots et deux passagers. Le document   fut remis aux autorités de la Marine Royale  à La Rochelle et, par la suite,  déposé aux archives.


 

Aujourd'hui vingt Troisiesme Jo' de Novemb' mil six cent soixante Cinq par dt. nous Jean demirande eser Sr des Fraignees Sr ea en presance du procureur du Roy On comparu en leurs personnes Jean guillon Sr. de lembertiere Capne Entretenu po' le service du Roy en la marine cy devant commandant le vaisseau du Roy apellé la Paix du port de trois cent Thonneaux ou environ, Jean Houtin mre dud vaisseau Jean Masson Maistre Vallet René Lidal Louis Ouriau mariniers de lesquipage dicelluy jean Guygnan marchant de Cette ville & arnault poré aussi marchant passagers dans Ledt navire. Lesquels après serment par eux faict de dire Vérité Nous ont dit tr. rapporté Q'ilz seraient partis de la Rade de chef de baye dans led. vaisseau chargé de gens de guerre de diverses sortes de munition de guerre et de bouche pour porter a quebec Le quinziesme de May der' En Compagnie du vaisseau nomé Laigle d or comandé par le sieur de Villepart aussy Capitaine entretenu po' le service du Roy et seraient arrives aud' lieu de quebecq Le dix neuf daoust der' ou ils auroient mis a terre Les gens de guerre quy estoient aud' vaisseau suivant le certifficat qui nous a esté représanté du Sr. Tallon Intandant aud.' lieu de quebecq po.' le service du Roy En datte du dix huictiesme septemb' mil six Cent soixante cinq Et un autre Certifficat des Capnes & autres officiers quy comandoient Lesd'. troupes quil nous a aussy représanté en datte du Vingt neufie' dud' mois d aoust des' signé Contrecoeur De mignard & Maximy Lesquels dits sertifficats ont esté aussytot restitué après que Lecture En a esté faitte Et auroient demeures Lesd' quy raportes aud' lieu de quebecq depuis le dix neuf daoust Jusque au dix Neufie' Septemb' der' tant po' y descharger lesd' troupes & marchandises que pour y lester les navires Et enfin auroient mis a la voille Les Jo' dix neuf dud' mois apres avoir ouy Le Coupt de Canon de partance Tiré du bord dud' Vaisseau Laigle d or po' retourner En ses Costes. faisant laquelle route Estant a quelque quatre vingt lieue dud' quebecq le Travers du Capt de matane un grand vant de Nord Nordaix se seroit levé quy les auroient obligé de tourner de bande Et estant augmenté acompagné de grele & de Neige Leur grande voile auroit esté desfonsée au default de laquelle Ils auroient mis le' artimon po' Caper a la mer laquelle aussy auroit esté desfonsée par ung Grand Tourbillon de vant pour aquoy supler ils auroient heu recours a une grande Voille de rechange qlz auroient Enverguée quy ausssytost aussy auroit esté desfonsée de manière qlz ce seroient trouves sans voille aucunes & led' vant ce fortifiant de plus en plus Les auroient jetté malgré tout le devoir quils firent pour se conserver a la coste dud' lieu de mateime.  La tempeste ayant rompu deux Cables de deux ancres quils avoient mouillé po' tascher de ce sauver

 Et estant led' vaisseau a la Coste rompu depuis Les En pature jusque a la quille ung de leur mariniers nomé helye Bordes du lieu dit chapau pres maraine En xaintonge aprehandant que led' navire se brizast ce seroit jetté a la mer a la nage po' tascher de gagner la terre & ce seroit noyé
 Ce quy auroit arresté dautres Compagnon du bort quy avoient aussy mesme dessaing de se jetter a leau & dix autres hommes dud bort seroient demenres Blesses et estropiés des maux quils avoient souffers pandant la tempeste & des Coups de mer Et finalement Le vant estant un peu calmé Ils auroient tous mis pied a terre non Neantm- sans peril, duquel malheur le noffrage cy dessus ayant donné avis a quebecq a monsieur de Tarsy Lieuten' General po' le service du Roy En tous les pais de lamerique par le Sr Ythier guillon Lieutn' aud' vaisseau avecq sept autres marinier ordre auroit esté donné au Sr de padejeu comandant un autre navire du Roy nomé le St Sebastien et au Sieur de bouge Capne du vaisseau nomé Le Jardin de hollande et au s' guillet comandant Le Vaisseau La Justice de passer aud' lieu de matenne ou Ils ont faict noffrage po' les prandre et recueillir dans le' vaisseaux ou de le' faire donner des vivres pour le' subsistances au cas quils ne peuvent les prandre dans leurs vaisseaux, lequel dit padejeu seul seroit venu aud' lieu de matenne Le vingt et uniesme dud' mois d octobre dans la chaluppe duquel eusernt' dans celle de le' vaisseau quils avoient conservé et Envoyé aud' lieu de quebecq Ils se seroient enbrques avecq les autres hommes de son esquipage & les passagers qz avoient ayant lessé tout ce quy estoit sauvé de leurdit navire sur la Coste dans deux cabannes qilz y ont faict desquelles choses ils ont faict un invantaire Et pour ce qu regardes leur vestement & hardes les auroient entierem' perdus et lesses dans les Coffres quy sont Ct auraient beaucoup soufferts en atendant des nouvelles de La' chaloupe, Nayant de pin ny de victuailles que Celles quils pouvoient tirer de le' vaisseaux mouillées et gastées & des coquillages de la coste dud' pays depuis le vingt sixie' septemb' jusque aud' jo' Vingt & uniesme octobr' que les dittes chaloupes arrivoient aud' lieu ou ilz estoient ayant pris resollution auparavant quelle fussent venue des des coperant de leur salut de ce mettre a chemin po' aller aud' lieu de quebecq moitie par eau & moitie par terre Et trouvé moyen de bastir un petit bateau du desbris de leur navire Et Estant a bord du vaisseau dud Sr de padejeu auroyent continué leurs routtes seroient arrives heureusem' En cette ville Vandredy der' quy est tout ce qlz ont dit duquel raport & desclaration cy dessus nous avons ausd' quy raportent Sceaux ce requérant donné acte pour leur valloir et servir ce que de raison. faict et donné par nous Led' de mirande Les jo' & en presance que dessus Et ont Lesd' guillon Boutin peré & Grignon Signes & et les autres declare ne savoir signer.
Guillon Leaubertiere
de mirande
Ornaud peres
Boutin
grosseau
Grignon


 
(1 ) :   Robert, Michel :     Genealogy for the Descendants of the French Colonists of North America, site web : www3.telus.net/michel_robert

 Sources :      Fonds des Archives départementales de la Charente-Maritime; La Rochelle [France] , Bibliothèque nationale. Département des manuscrits. Mélanges de Colbert , [rc16514,   21151-4, 121166, 121191,121539] et  Fonds des Archives départementales de la Charente-Maritime; La Rochelle [France], Série B, Cours et juridictions, 1663-1667 vols B5666 p. 2-5.
  Michel Ladouceu, juillet 2005

Commenter cet article